Télécharger la brochure

Master en Management : Devenir chargé de projet

Naima Mahdoune, étudiante en Bachelor 3 à l’ESI Business est allé à la rencontre de Luc Lallemand, 25 ans, chargé de projet et de veille dans l’association Reporter d’Espoir.

L’association Reporter d’Espoir est à l’origine du journalisme de solutions. Sa mission principale : procurer l’information via les médias et donner envie d’agir !

logo reportersdespoirs300dpi 10862649gttji - Master en Management : Devenir chargé de projet

 

Mr Lallemand : Je m’appelle Luc, 25 ans et je travaille dans une association qui s’appelle Reporter d’Espoir. J’y suis en charge de la veille journalistique et de la coordination d’événements, notamment l’événement prix reporter d’espoir.

 

Naïma : Quelles sont vos principales missions et activités ?

 

Mr Lallemand : Le métier de chargé de veille consiste à balayer le paysage journalistique quotidiennement, rechercher de sujets d’articles, videos et émissions de radios qui peuvent s’inscrirent dans ce qu’on appelle le journalisme de solutions. Il s’agit d’un journalisme qui essaie de promouvoir une approche  constructive qui ne se limite pas essentiellement à exposer le problème et mais qui essaie de refléter la réalité dans sa complexité en apportant des solutions qui existent face à des problèmes d’actualité.  Au-delà de ça, pour promouvoir ce type de journalisme on organise le prix reporter d’espoir qui vise à récompenser des journalistes pour leurs travaux qui s’inscrivent dans cette démarche

journalistique.

 

Naïma : Quelles sont les compétences attendues pour s’affirmer dans ce corps de métier ?

 

Mr Lallemand : C’est avant tout des qualités ! Nous nous devons d’être curieux car nous passons beaucoup de temps à parcourir les médias. Il faut avoir un gout pour le journalisme, pour la lecture, et avoir une qualité d’investigation.

 

Prix2015 Photodefamille e1523887209724 1024x550 - Master en Management : Devenir chargé de projet

 

Naïma : Quel a été votre parcours professionnel pour en être arrivé là ?

 

Mr Lallemand : J’ai réalisé mes études à l’Université. J’ai suivi une double licence, en Sociologie et en Géographie. J’ai terminé ma formation par un Master de Géographie du Développement.

 

Naïma : Votre parcours personnel répond-t-il à une sensibilité liée au développement durable ?

 

Mr Lallemand : Oui, le développement durable est une des thématiques que l’on aborde constamment !

 

Naïma : Pourriez vous me parler des valeurs de l’association ?

 

Mr Lallemand : La notion de journalisme de solution partaient du constat que l’information, particulièrement dans les médias généralistes et de grandes audience, étaient axés uniquement sur les mauvaises nouvelles. Le journalisme de solution ne minimise pas ces problèmes mais essaie de comprendre par la créativité, par la collaboration comment trouver des initiatives et des solutions pour répondre à des problèmes d’actualité que ce soit sur l’environnement, sur l’aspect sociétal économiques et social.

 

Naïma : Très bien, merci Luc d’avoir pris le temps de répondre à nos questions. 🙂

Plus d'articles…

La solution écologique des entreprises : l’économie circulaire

Après le mouvement des gilets jaunes, le « gilet vert » !

L’appel de 500 personnalités pour un “lundi vert”, sans viande ni poisson en 2019