Télécharger la brochure
Loader

Coronavirus : quand le confinement apporte un répit à la planète.

Difficile de trouver des points positifs dans cette période d’épidémie mondiale de Covid-19, dont l’épicentre se trouve actuellement en Europe, et qui nous pousse à vivre confiné.e.s pour une durée indéterminée. Cependant, il y a bien un aspect intéressant que nous avons voulu soulever ici à l’ESI Business School : c’est la réduction impressionnante de la pollution depuis le début de l’épidémie, début janvier ! Et ces effets se voient depuis l’espace.

 

Usines à l’arrêt, économie au ralenti en Chine.

Partons en Chine, pays d’origine du Coronavirus. La ville de Wuhan a été placée en quarantaine 3 jours après l’annonce officielle de la propagation de ce virus potentiellement mortel. Les usines et les centres d’activités ont été mis à l’arrêt, et la ville s’est calfeutrée. Cela s’est très vite étendu à la région, et à une grande partie du pays : dans le but d’endiguer l’épidémie. Une technique efficace, reprise par de nombreux pays asiatiques (Corée du Sud, Taiwan, etc…) et pays occidentaux (Italie en tête, Espagne, et France pour ne citer qu’eux). Cela a provoqué un arrêt quasi total des activités humaines. Or, c’est en Chine que les premiers résultats d’une baisse importante de pollution s’est fait ressentir en premier.

 

Des images satellite de la Nasa, relayées par le journal britannique The Independant, montrent clairement une réduction spectaculaire du niveau de dioxyde d’azote dans l’air. Ce gaz est émis notamment par les véhicules, les centrales électriques ou les installations industrielles. Et de citer une responsable de la qualité de l’air à la Nasa – Fei Liu – qui précise que “C’est la première fois <qu’elle> constate une baisse aussi spectaculaire sur une zone aussi large pour un événement spécifique”. Les images, prises le 1er janvier et le 25 février, parlent d’elles-même ! Le site spécialisé Carbon Brief a même calculé une diminution de plus de 100 millions de tonnes par rapport à l’année dernière.

 

cover r4x3w1000 5e5ce877455a9 china trop 2020056 1 - Coronavirus : quand le confinement apporte un répit à la planète.

 

Chute de la pollution atmosphérique en Italie

L’Italie est très durement frappée par cette pandémie de Coronavirus, et le gouvernement italien a pris des mesures drastiques de confinement pour ses habitants. Les premiers résultats d’une chute de la pollution sur le territoire italien apparaissent aussi et ont été dévoilés par l’ESA,  l’Agence Spatiale Européenne.

 

Dans le Nord de l’Italie, qui est le point névralgique des activités industrielles, les émissions de gaz à effet de serre ont chuté de manière évidente. Usines à l’arrêt et activités humaines quasiment nulles : la mission Copernicus Sentinel-5P révèle un déclin de la pollution atmosphérique et tout particulièrement du dioxyde d’azote sur ces territoires, ainsi qu’en Europe.

 

La nature reprend ses droits

Sur les réseaux sociaux, on peut voir la multiplication de petites séquences ou photos qui montrent l’eau des canaux de Venise. On la connaissait opaque, marronnasse, pas très propre, voilà qu’elle est redevenue bleu et limpide ! Les internautes redécouvrent même la vie aquatique : on aperçoit des poissons qui évoluent tranquillement sous les ponts. Avec un arrêt complet de la navigation, des ferry ou encore du tourisme, Venise a retrouvé son eau claire !

 

Les touristes partis les eaux de Venise retrouvent leur clarte 1024x682 - Coronavirus : quand le confinement apporte un répit à la planète.

Manuel Silvestri

 

Autre image intéressante, en Sardaigne, dans un port de Cagliari déserté par les embarcations : un dauphin profite de l’absence de trafic maritime pour venir s’amuser près des quais. Ce dauphin téméraire et joyeux est même devenu la mascotte de l’équipage de Luna Rossa – marins de la Coupe de l’America 2021. Ces quelques images qui apportent un peu de joie dans ces moments difficiles, nous montrent aussi à quel point la nature est résiliente. Quand on lui laisse un peu d’espace, elle se reconstruit à une vitesse impressionnante. Une vraie leçon pour l’après.

 

 

Info Coronavirus :

Suivant les mesures de sécurité dictées par l’Etat en ces temps d’épidémie de Coronavirus, l’ESI Business School adapte ses cours, et permet à ses étudiants de suivre tous les enseignements à distance. Aussi, nos sessions d’admissions restent ouvertes via Skype. Tous nos candidat.e.s sont invités à prendre rendez-vous ou à demander un entretien auprès de nos chargés d’admissions par téléphone (01.39.71.12.12) ou via ce lien : https://intranet.esi-business-school.com/commitment-account/contact-form/p-pit-studies/ESI/index

Plus d'articles…

Etre prof pendant le confinement, ça donne quoi ? – #1 Marie Hébras

Coronavirus : quand le confinement apporte un répit à la planète.

(Re)vivez la Remise des Diplômes de l’ESI Business School – Promo 2019