fbpx
Télécharger la brochure

    Loader

    L’hydrogène, l’énergie verte de demain ?

    Dans sa course vers la neutralité climatique à l’horizon 2050, l’Union Européenne semble miser sur l’hydrogène vert, comme source d’énergie à fort potentiel. L’hydrogène vert est en effet une solution très prometteuse, non polluante car issue d’énergies renouvelables, qui pourrait permettre au secteur du transport, du bâtiment ou encore de l’industrie, de sortir définitivement des énergies fossiles. Avec une feuille de route ambitieuse présentée par l’Afhypac – l’association qui réunit 190 acteurs de la filière hydrogène – au début du mois de juillet, la France se place dans le peloton de tête et affirme son ambition de développer cette énergie décarbonée.

    Hydrogène 1024x530 - L’hydrogène, l’énergie verte de demain ?

    Comment fonctionne l’hydrogène vert ?

    L’engouement pour l’hydrogène vert s’explique notamment par ses capacités : il peut remplacer parfaitement l’essence voire la surpasser. C’est aussi une source d’énergie qui a l’avantage de ne pas émettre de carbone, ce qui lui apporte une place de choix dans la transition écologique. L’hydrogène repose sur l’électrolyse de l’eau : on utilise l’électricité pour décomposer les molécules d’eau en oxygène et hydrogène. L’hydrogène vert utilise de l’électricité issue de sources renouvelables. Sa forme a aussi de nombreux avantages : l’énergie hydrogène est stockée sous forme de gaz – compressée dans un réservoir. Elle prend donc moins de place, se recharge plus rapidement, et permet une autonomie plus grande. La pile à combustible qui permet de re transformer l’hydrogène en électricité, ne rejette quant à elle que de la vapeur et quelques gouttes d’eau.

     

    Les domaines d’action de l’hydrogène vert

    On comprend bien l’utilité d’une telle énergie dans le domaine des transports : depuis 2018, le groupe français Alstom a créé le premier train électrique au monde qui utilise une pile à hydrogène pour générer sa propre électricité. Et c’est une réussite : l’Allemagne a commandé 14 trains identiques pour une mise en service en 2023. La France annonce aussi la création de trains hybrides prêts à circuler sur ses réseaux pour 2030. Ce système est tout à fait prêt à alimenter les voitures, les bateaux, les camions… et peut-être un jour (rêvons!) les avions… D’autres secteurs peuvent aussi être impactés par l’hydrogène, comme celui du bâtiment qui doit impérativement réduire son bilan carbone ; rappelons que les logements sont responsables de 20% des émissions de gaz à effets de serre ! L’hydrogène pourrait servir au chauffage et l’alimentation en électricité des bâtiments. Enfin, le domaine du stockage de données est aussi en pleine expansion et va devenir un vrai problème écologique dans les années à venir à cause de son empreinte carbone. L’hydrogène pourrait être une solution pour réduire ce coût, comme l’a démontré Microsoft récemment. Le géant informatique mise sur les piles à hydrogènes pour alimenter ses datas centers. Le premier essai a été concluant et prouve donc que l’hydrogène est une vraie option.

     

    Horizons positives de cette énergie vert

    Avec sa “stratégie Hydrogène”, l’Union Européenne mise sur cette énergie propre avec force, et fixe des objectifs ambitieux : 1 million de tonnes d’hydrogène renouvelable en 2024, puis 10 millions de tonnes en 2030. En France, l’hydrogène fait partie des 10 marchés prioritaires fixés par le Pacte productif. Il pourrait être un levier de relance économique post crise du Covid-19, avec la création de centaines de milliers d’emplois directs ou indirects (création ou requalification). Enfin, il permettrait de réduire les émissions de carbone de façon très efficace : l’Afhypac annonce une réduction de 4 millions de tonnes de CO2 sur l’année 2030, et plus de 20 millions de tonnes de CO2 cumulées sur la décennie 2020-2030.

    Plus d'articles…

    Eulalie, Chargée de Mission Développement Durable au sein de la Bpifrance

    Participez à notre JPO en ligne !

    Biodiversité : 2021 comme tournant pour éviter la 6e extinction