9 avril 2020

Etre prof pendant le confinement, ça donne quoi ? – #2 Sébastien Monceau

« Je m’appelle Sébastien MONCEAU. J’ai 20 ans d’expérience dans le domaine audiovisuel, du marketing et de la communication. Depuis 2018, j’ai également repris un cycle de formation au CNAM en Management Stratégique et en Théories des Organisations.

En parallèle, je suis chargé d’enseignement à l’ESI Business School, dans le domaine du Management. Le Service Pédagogique de l’Ecole me confie également la responsabilité d’un cours consacré à l’approche culturelle : il s’agit de mettre en avant et traiter des sujets et thématiques importants dans la vie actuelle des organisations. »

 

Comment concilier vie pro/vie perso pendant le confinement ?

C’est un équilibre assez naturel à trouver pour la paix et la concorde ! Je me lève plus tôt pour préparer et organiser ma journée professionnelle. J’ai une petite fille de 2 ans et demi et je veux qu’elle soit heureuse durant cette période difficile. Alors, je réfléchis à des jeux et des occupations entre mes cours.

Je parcours également le soir la presse économique et spécialisée (Stratégies,CB News…) et j’essaye de lire au moins un livre par semaine sur le Management pour me tenir informé et actualiser mes connaissances !

 

Comment communiquez-vous avec l’ESI Business School ?

C’est une super école en termes de relations entre le service pédagogique et les intervenants. L’ESI Business School est proactive et réactive dans son organisation face à la situation ! J’avais déjà pu le constater et l’apprécier au moment des grèves des transports en début d’année 2020. Nous sommes en contact par SMS et mail. C’est rapide et efficace.

 

Comment vous assurez-vous que les élèves sont présents et suivent votre cours ?

Le meilleur moyen, à mes yeux, pour que les élèves suivent le cours est de le rendre attractif ! J’ouvre souvent mes cours avec un regard sur l’actualité et la vie des entreprises. Les cours doivent également être rythmés. Pour cela, je sollicite les étudiants en leur posant directement des questions via le chat de l’application de visioconférence et à la liste d’émargement fournie par l’administration.

Je lance et anime des discussions sur les sujets étudiés en incluant un maximum de vidéos, d’extraits d’articles de presse et en leur demandant de puiser dans leur expérience professionnelle, souvent très riche malgré leur jeune âge !

 

Quelles sont les différences notables avec un cours en présentiel ?

Étonnamment, je trouve que c’est la fatigue que j’éprouve quand le cours est terminé ! Vous ne voyez pas le visage de vos élèves, leurs réactions… Vous vous posez les sacro-saintes questions : « ai-je été assez clair, assez pédagogue ? », « n’ai-je perdu personne en route ? ». Vous n’avez pas le langage corporel ni le rôle essentiel que représente le regard ! L’alchimie d’un cours réussi est donc très différente.

L’autre aspect qui découle des cours en ligne, au contraire des cours en présentiel, est la relation au silence. Vous devez enchaîner, intéresser, susciter la curiosité et déclencher les échanges car sinon (et pour reprendre Blaise Pascal) « le silence éternel de ces espaces infinis m’effraie ».

 

Comment gérez-vous les travaux de groupes et les notations ?

Je prends en compte cet aspect comme une contingence supplémentaire.

Il faut s’adapter au contexte et les étudiants composent avec cette donnée parfaitement.  Je transmets des documents en amont du travail demandé, puis les étudiants en prennent connaissance. Souvent, je répartis les étudiants en groupes de 5 et ils doivent, en temps réel, répondre à une question ou problématique. Et cela fonctionne assez bien !

En terme de notation, rien de nouveau à l’horizon ! Il faut être juste, impartial et reconnaître l’implication eu égard le contexte si particulier.

 

Que pensez-vous de la motivation/état d’esprit des étudiants pendant cette période ?

Je pense que l’effort exigé en termes d’adaptation et de maîtrise de soi est plus élevé pour eux. Ce qui se passe relève du changement radical voire total ! Il est mémorable et fondateur.

Leur comportement est assez impressionnant, ils sont solidaires, ils prennent des nouvelles les uns des autres et ils ont, pour la plupart, un moral d’acier. Je les trouve organisés, impliqués et battants. Leur environnement d’études est bouleversé et leur situation professionnelle en termes de stage est remise en question. A leur âge, il faut savoir encaisser et je trouve qu’ils sont formidables.

Je pense en particulier à celles et ceux qui sont très loin de leur famille, j’éprouve de l’empathie à leur égard.

Que pensez-vous du système de cours à distance mis en place par l’école ?

Le système de cours en visioconférence mis en place par l’ESI Business School est opérationnel et efficace. L’équipe a fait du super boulot sur un temps relativement court ! Si j’avais une suggestion, j’aimerai voir émerger une bibliothèque virtuelle de partage !

 

Un petit mot pour la fin ?

Une citation de Antonio Machado « le chemin se fait en marchant ».

Plus

d'articles

2 mai 2024

Selon leurs organisateurs, les Jeux olympiques et paralympiques de 2024 à Paris seront un accélérateur de la dynamique du développement durable. L’événement […]

30 avril 2024

Retrouvez l’interview de Célina Rocquet, intervenante et formatrice en géopolitique et développement durable pour l’ESI Business School sur le campus […]

19 avril 2024

Alors que les transports aériens sont régulièrement pointés du doigt pour leurs émissions de CO², les croisières de tourisme sont-elles […]

17 avril 2024

Retrouvez l’interview de Mallaury de Beja, étudiante en Mastère 2 Management et Développement Durable à l’ESI Business School en E-learning. […]

2 avril 2024

Depuis des décennies, de nombreux pays à travers le monde adoptent le changement d’heure deux fois par an dans le […]

2 avril 2024

Retrouvez l’interview de Lilou en Mastère 1 Management et Développement Durable à l’ESI Business School sur le campus de Paris. […]