fbpx
Télécharger la brochure

    Loader

    Réseau 5G, des impacts sur le Développement Durable ?

    Déploiement des objets connectés, consommation excessive de données, des millions de smartphones devenus obsolètes : les anti-5G soulignent les effets négatifs du réseau 5G sur le développement durable.

     

    Les acteurs de la télécommunication de leur côté ripostent en insistant sur le fait qu’il va permettre de réduire les factures d’énergie en proposant une connexion plus rapide et plus efficace. Les avis divergent et les débats s’installent. L’ESI Business School s’immisce au cœur de ces débats pour en savoir plus.

     

     

    La 5G et le développement durable

    Le réseau 5G promet un accès plus facile au numérique alors que de nombreuses études incitent à la réduction de la consommation des données virtuelles. De son côté, l’ONU publie dans son tout dernier rapport de la COP25 l’urgence de réduire la production des gaz à effet de serre d’au moins 7,6 % jusqu’en 2030 pour éviter la catastrophe écologique. Ceci remet en question les éventuels effets de la 5G sur le développement durable et l’environnement.

     

    Ainsi, depuis octobre 2019, de nombreuses associations de défense de la planète appellent à des moratoires sur la 5G. Ils estiment un éventuel basculement du monde vers des conséquences qui seront difficiles à contrôler dans un avenir proche. Ils soulignent surtout les effets négatifs d’ondes électromagnétiques émises par le réseau comme principal argument ; cause soutenue par de nombreux écologistes

     

    Mais opposer la 5G de façon brutale aux enjeux du développement durable n’est pas toujours aussi évident. Le réseau va en effet inciter à une consommation moins énergivore, par rapport aux anciens réseaux mobiles. Il est censé proposer une efficacité énergétique plus grande, comparée à celle du réseau 4G, par la présence d’antennes plus intelligentes et plus fonctionnelles. Ces antennes appelées MIMO (Entrées Multiples, Sorties Multiples) favorisent une meilleure adaptation du réseau aux nombres de personnes dans une zone géographiquement limitée. Ceci permet d’augmenter les débits de façon considérable et ainsi d’améliorer la qualité des signaux émis pour se connecter à internet ou passer des appels.

     

     

    La performance énergétique au détriment des appareils rendus obsolètes ?

    « Un atout de taille pour la transition énergétique », voilà le principal argument des défenseurs de la 5G. Un bel argument marketing que souligne l’opérateur Verizon durant le Consumer Electronics Show qui s’est tenu à Las Vegas en 2019. Selon lui, les terminaux 5G optimisent la performance énergétique de 10 % par rapport aux modèles précédents. Le PDG de Sunrise va même jusqu’à qualifier le réseau de « force protectrice pour l’environnement » dans l’un de ses posts sur Twitter.

     

    Mais la performance énergétique promue par la 5G n’est-elle pas sans effet sur le développement durable?? En effet, des millions d’utilisateurs vont devoir s’acheter un nouveau smartphone compatible 5G. Par conséquent, son déploiement à grande vitesse va inciter à une obsolescence prématurée de millions d’appareils mobiles 4G qui restent, à la base, hautement fonctionnels.

     

    Aussi, le réseau 5G incitant à un accès plus rapide aux données mobiles, une hausse des besoins de visionner des films, séries en streaming ou jouer à des centaines de jeux vidéo apparaîtra. Au final, de nouveaux usages numériques vont faire leur apparition multipliant la fabrication des objets connectés et l’exploitation des ressources non renouvelables qui nous restent.

     

     

    La 5G a-t-elle vraiment des impacts sur l’environnement ?

    On peut bien se demander si la 5G a des impacts réels sur l’environnement. Jusqu’à l’heure actuelle, l’ADEME souligne ne pas avoir en sa possession des références ou des études effectuées pour le justifier. Et pourtant, l’agence affirme que ce réseau a bien des effets sur l’écologie dans son entier.

     

    L’ARCEP de son côté analyse en permanence les enjeux des réseaux télécoms sur l’environnement. L’agence a récemment publié une étude portée sur les impacts que ces réseaux ont sur la consommation énergétique et l’exploitation de la nature. Néanmoins, l’évaluation reste incomplète du fait qu’elle se concentre principalement sur les réseaux mobiles, sans tenir compte des terminaux, des smartphones et des différentes enceintes connectées. Par la suite, elle ne met donc pas le point sur les possibilités d’impacts réels concernant le réseau 5G.

     

    Actuellement, l’ADEME et l’ARCEP sollicitent les différentes associations et autorités publiques compétentes à l’instar du CNNum (Conseil National du Numérique) et du Ministère de l’Environnement pour réaliser des études plus complètes sur la 5G et le développement durable au cours des prochains mois. Bien qu’il n’existe pas d’études concrètes à ce sujet, une solution plane déjà dans l’air pour limiter la propagation du réseau.

     

     

    Sensibiliser les utilisateurs aux utilisations de la 5G

    Dans la recherche des moyens pour stopper les impacts de la 5G sur l’environnement et le développement durable, la solution viendrait peut-être d’une sensibilisation des utilisateurs aux usages du réseau. C’est notamment l’objectif du Yuka numérique, un outil qui boostera à la fois l’industrie agroalimentaire et permettra de mieux discipliner le marché du numérique.

     

    Plus d'articles…

    Eulalie, Chargée de Mission Développement Durable au sein de la Bpifrance

    Participez à notre JPO en ligne !

    Biodiversité : 2021 comme tournant pour éviter la 6e extinction