9 décembre 2020

Le télébénévolat : un nouveau soutien au développement durable

Renforcer et valoriser les apports des bénévoles restent les principales préoccupations des associations en France. De leur côté, les enquêtes menées un peu partout en France sont formelles : le nombre de Français qui souhaitent participer à des actions caritatives de manière désintéressée est au plus haut. Tout comme la plupart des activités promues en Europe, le bénévolat tend vers une réforme de services accessibles à distance : le télébénévolat.

Un contexte adapté à la situation actuelle

Avant le confinement, les missions bénévoles enclenchées furent nombreuses. Cette attente fut malheureusement prolongée avec l’apparition du covid-19. Et au lieu de rester à ne rien faire, de nombreuses associations françaises exploitent leur créativité en vue de proposer une nouvelle alternative adaptée à la situation actuelle. Ainsi, en parallèle du freelancing et du télétravail, le télébénévolat apparait au grand jour.

Cette nouvelle option incite à la réalisation de missions bénévoles à distance. Elle a pour intérêt de capter des nouveaux bénévoles répondant à des profils variés : chômeurs, étudiants, jeunes diplômés… Elle va même jusqu’à s’ouvrir à des personnes qui, en temps normal, ont des difficultés à se déplacer telles que les invalides, les personnes âgées et les personnes malades. L’intérêt primaire du télébénévolat vient surtout de son aspect adaptatif qui priorise les apports de chaque individu pour le développement durable.

Des missions bénévoles adaptées à tous les profils

Si au début du confinement les actions des bénévoles ont connu d’importantes chutes, aujourd’hui, elles se stabilisent grâce au bénévolat à distance suite à une conscientisation des volontaires engagés. Ces derniers continuent alors d’apporter leur soutien depuis leur domicile concernant les actions humanitaires.

Selon Bernard Touboul, vice-président chez France Bénévolat, le télébénévolat donne la possibilité de réaliser des tâches comptables, administratives, des études et des analyses sans forcément être à proximité physiquement. Il souligne le fait que cette alternative émergente correspond à la fois aux attentes des jeunes qui disposent d’outils informatiques et numériques et aux séniors coincés pour la plupart du temps dans une maison de retraite.

Le télébénévolat met en relation les associations avec toute personne désireuse d’apporter sa contribution à la réalisation des projets sociaux, environnementales et humanitaires. Les missions données diffèrent en fonction de ses compétences et disponibilités.

Conserver les liens sociaux en ces temps difficiles

De nombreux bénévoles rejoignent le mouvement en vue de conserver des liens sociaux en ces périodes de confinement. Selon Bernard Touboul, il est du devoir des associations de trouver les meilleures solutions pour continuer à motiver leurs équipes et à maintenir leur motivation au plus haut.

À l’heure actuelle, nombreux sont les associations et organismes environnementaux qui proposent des missions en télébénévolat en annonce sur leurs sites web et autres moyens de communication digitales et locales. Il peut tant bien s’agir de missions ponctuelles que de missions à délai indéterminé. Formation, accompagnement des personnes en difficulté, création de fichiers, recherches et analyse sur des sujets précis en sont des exemples concrets.

Le télébénévolat aux services du développement durable

Le confinement n’a changé en rien les objectifs fixés par le gouvernement français sur le développement durable. Le télébénévolat va même jusqu’à apporter son soutien dans la réalisation des projets du gouvernement, notamment la mise en place de l’Agenda 2030.

Ce projet dédié à l’économie d’énergie et centré sur les enjeux environnementaux majoritaires s’entoure autour de 5 grands piliers, à savoir la planète, la population, la prospérité, la paix et les partenariats. À sa manière, le bénévolat à distance soutient ces 5 principaux piliers du développement durable.

Protéger au mieux la planète

L’industrialisation, la surconsommation, le gaspillage des ressources, autant de facteurs contribuent à dégrader l’environnement. La mobilisation générale consiste alors à préserver du mieux possible l’état naturel de la planète, ses ressources, la qualité de l’air… Elle met le point sur l’assainissement, l’eau propre, l’énergie renouvelable à prix abordable, les villes durables, les mesures à prendre face aux changements climatiques, la vie aquatique et la vie terrestre.

Des enjeux sur la population

Le développement durable conserve également des valeurs humanitaires et sociales en plus de ses valeurs environnementales. Son second objectif concerne en ce sens l’éradication de la pauvreté et de faim dans le monde, la garantie d’une meilleure qualité de vie, santé, éducation et bien-être ainsi que l’égalité du droit des deux sexes.

Une vie prospère pour les prochaines années à venir

Le télébénévolat favorise du mieux qu’il peut aux nouveaux moyens incitatifs à une vie prospère pour les générations futures. On parlera notamment d’une croissance durable, de la création des emplois, de la construction des infrastructures à l’économie d’énergie, de la réduction des inégalités sociales et d’une consommation écoresponsable.

Paix et partenariats mis en avant

La paix dans le monde, voilà un bel objectif que l’humanité tout entière s’efforce d’atteindre depuis des années. Le bénévolat à distance contribue d’une certaine façon à l’atteinte de cet objectif commune. En dernier point, il favorise les partenariats avec tout profil de bénévoles qui peuvent émerger de n’importe quel pays en plus de la France.

Plus

d'articles

2 mai 2024

Selon leurs organisateurs, les Jeux olympiques et paralympiques de 2024 à Paris seront un accélérateur de la dynamique du développement durable. L’événement […]

30 avril 2024

Retrouvez l’interview de Célina Rocquet, intervenante et formatrice en géopolitique et développement durable pour l’ESI Business School sur le campus […]

19 avril 2024

Alors que les transports aériens sont régulièrement pointés du doigt pour leurs émissions de CO², les croisières de tourisme sont-elles […]

17 avril 2024

Retrouvez l’interview de Mallaury de Beja, étudiante en Mastère 2 Management et Développement Durable à l’ESI Business School en E-learning. […]

2 avril 2024

Depuis des décennies, de nombreux pays à travers le monde adoptent le changement d’heure deux fois par an dans le […]

2 avril 2024

Retrouvez l’interview de Lilou en Mastère 1 Management et Développement Durable à l’ESI Business School sur le campus de Paris. […]