13 février 2024

Le plus grand écoduc du monde bientôt en Californie

L’État de Californie s’apprête à construire le plus grand écoduc jamais réalisé afin de protéger la faune locale des dangers de la route. La construction de ce projet commencera dans quelques semaines.

L’idée derrière cet écoduc n’est pas nouvelle : il est bien connu que les autoroutes représentent un énorme danger pour les animaux. Mais la Californie a décidé d’agir sur ce problème en construisant des ponts qui permettront aux animaux de traverser sans avoir à traverser le trafic ou être écrasés par les véhicules.

Le concept d’écoduc

Les écoducs sont un nouveau concept de ponts qui seront construits dans les zones les plus sensibles de l’Union européenne. Ces ponts seront conçus pour protéger la faune et la flore de l’Europe. Les écoducs sont des ponts qui seront construits dans des zones où la faune et la flore sont menacées d’extinction en raison des activités humaines.

Ils peuvent également être considérés comme faisant partie d’une infrastructure écologique, qui vise à protéger les espèces et leurs habitats.

Le concept de l’écoduc est utilisé dans les villes car de nombreuses personnes y vivent et veulent protéger leurs jardins des animaux sauvages. Ils ne veulent pas d’un écoduc dans leur jardin car ils pensent qu’il sera laid et qu’il les gênera. Ils ont donc décidé de le construire dans la rue pour que tout le monde puisse en profiter.

Il est facile de construire un écoduc car tout ce dont on a besoin, c’est de bois et de poutres en acier, qui sont très bon marché par rapport à d’autres matériaux comme le ciment ou les briques de pierre.

Les écoducs sont fabriqués en acier ou en béton et sont construits sur les routes existantes. Ils sont placés au-dessus du sol afin que les animaux n’aient pas à traverser de routes. Ils sont ainsi plus en sécurité, car ils n’ont pas à craindre d’être percutés par des véhicules lorsqu’ils traversent la route.

L’utilisation d’écoducs comme moyen de protéger les animaux contre les blessures lorsqu’ils traversent des routes ou des autoroutes présente de nombreux avantages. Voici quelques-uns de ces avantages :

  • Il contribue à réduire la pollution due aux voitures qui crachent du monoxyde de carbone dans l’air ambiant.
  • Il contribue à réduire la pollution sonore puisque les animaux n’ont plus à entendre les bruits forts des voitures qui passent.
  • Cela permet de protéger les plantes et les arbres contre les dommages causés par la circulation sur les autoroutes très fréquentées.

Un projet sur le long terme

Le projet est en cours depuis plusieurs années, mais il a fallu du temps pour que les plans soient approuvés par les autorités. Cette structure géante permettra de protéger la faune locale des dangers de la route, notamment les prédateurs tels que les pumas et les coyotes, ainsi que les animaux plus petits comme les cerfs et les élans.

Le ministère californien des transports a déclaré qu’il travaillait avec les agences fédérales de protection de la faune pour s’assurer que le pont serait sans danger pour tous les animaux. L’agence a également fait remarquer qu’il n’y avait pas d’autre solution que de construire cet écoduc, car il n’y a pas d’autre moyen de protéger ces animaux des accidents de la circulation sans leur faire de mal…

Un espace dédié aux animaux

Le pont permettra aux animaux de traverser la route en toute sécurité.

Le passage pour animaux sauvages Wallis Annenberg est un projet qui est en gestation depuis longtemps. L’idée a été lancée par le défenseur de l’environnement Michael Wallis en 2000, qui a proposé de construire un tunnel au dessus de l’autoroute pour permettre aux animaux de traverser en toute sécurité cette autoroute très fréquentée.

En plus d’offrir une connectivité aux animaux, le passage sera également utilisé comme une opportunité éducative pour les visiteurs et les habitants des environs, qui pourront ainsi s’informer des efforts de conservation de la faune dans leur région.

Le projet d’écoduc coutera plus de 90 millions de dollars

L’écoduc sera long de près de dix kilomètres, avec un pont de deux mètres de large réservé aux piétons et aux cyclistes. La structure est conçue pour offrir un abri aux espèces locales de la flore et de la faune, y compris les oiseaux migrateurs (dont on compte plus de 500 espèces).

Un tunnel ou un pont ?

Le projet, dont le coût est estimé à 90 millions de dollars, a été approuvé par le California Department of Fish and Wildlife et le US Army Corps of Engineers. Ce processus pourrait prendre jusqu’à cinq ans avant le début de la construction. Comme vous l’avez sans doute deviné, ce projet n’est pas exempt de controverse : un habitant s’oppose à la construction de ce pont, car il détruirait une plage dont il est propriétaire. Un autre résident s’inquiète de perdre l’accès à sa maison par des chemins privés qui seraient fermés par le processus de construction. Cependant, selon une enquête du US Fish and Wildlife Service, 88 % des habitants de la région soutiennent la construction de cet écoduc.

 

Plus

d'articles

2 mai 2024

Selon leurs organisateurs, les Jeux olympiques et paralympiques de 2024 à Paris seront un accélérateur de la dynamique du développement durable. L’événement […]

30 avril 2024

Retrouvez l’interview de Célina Rocquet, intervenante et formatrice en géopolitique et développement durable pour l’ESI Business School sur le campus […]

19 avril 2024

Alors que les transports aériens sont régulièrement pointés du doigt pour leurs émissions de CO², les croisières de tourisme sont-elles […]

17 avril 2024

Retrouvez l’interview de Mallaury de Beja, étudiante en Mastère 2 Management et Développement Durable à l’ESI Business School en E-learning. […]

2 avril 2024

Depuis des décennies, de nombreux pays à travers le monde adoptent le changement d’heure deux fois par an dans le […]

2 avril 2024

Retrouvez l’interview de Lilou en Mastère 1 Management et Développement Durable à l’ESI Business School sur le campus de Paris. […]